samedi 26 mai 2018

Lecture inspirante : J'ai confiance en toi de Soline Bourdeverre-Veyssiere

Ca y est!!! je l'ai moi aussi mon exemplaire du livre de Soline.

Livre de Soline Bourdeverre veyssiere "j'ai confiance en toi" pour une parentalité heureuse
J'ai confiance en toi, Soline Bourdeverre-Veyssiere


En version numérique certes (pour soulager mes doigts qui ne supportent plus le poids des livres), mais je l'ai quand même ;) (et en fait j'étais trop pressée de pouvoir le lire, alors quand samedi dernier j'ai enfin eu un instant à moi je le voulais à lire immédiatement.... (ha ce besoin d'avoir de suite et sans attendre!!)  

Voici ce qu'on peut lire sur la couverture :  

"Chaque individu vient au monde avec une petite graine de confiance en soi. À chacun de nous (parents, éducateurs, enseignants...) de veiller à ce qu'elle s'enracine de façon durable et puisse pousser. Pour apprendre à votre enfant à avoir confiance en lui ainsi qu'en l'autre, il est très important que, vous, vous ayez confiance en lui. Si cette réciprocité est établie, alors vous avez toutes les chances de voir grandir un futur adulte bienveillant, aimant, altruiste, conscient et confiant..."


J'avais vraiment hâte de pouvoir le lire. Lisant régulièrement les billets écrits par Soline sur son blog http://www.seveilleretsepanouirdemaniereraisonnee.com/     je ne doutais pas de la douceur, de la bienveillance et de la justesse des mots que j'allais trouver dans son livre. Et je me suis régalée! C'est un vrai plaisir à lire. 

Un condensé d'amour, de bienveillance, et d'empathie 


Il se lit facilement, (contrairement à certains livres abordant la parentalité positive parfois de manière très scientifique avec la complexité que cela peut amener à la lecture). Inspirée par son expérience de maman et de professeur, mais aussi des dernières avancées en matière de neurosciences, Soline revient sur la base de la construction de la confiance en soi chez l'enfant. Comment nous adultes, que l'on soit parents, enseignants, ou autres personnes en contact quotidien avec l'enfant, avons le pouvoir d'influencer sur la confiance que l'enfant va se porter. Comment nos paroles, mais aussi nos gestes, nos actes, vont aider l'enfant à se construire, à s'épanouir et à prendre confiance en lui, à croire en ses capacités. En mêlant théorie, explications scientifiques, mais aussi des outils pratiques pour cultiver la confiance en soi chez nos enfants. Parce que la confiance en soi, ça se développe et se cultive au quotidien. Par des mots, mais pas seulement... nos enfants doivent sentir qu'ils sont importants. Soline nous montre comment accompagner nos enfants en douceur, avec bienveillance et toute notre empathie pour les aider à grandir en ayant confiance en eux. En les guidant vers l'autonomie qui leur permettra de se sentir capable, en les aidant au quotidien à trouver des petits bonheurs quotidiens à se raconter lors d'un moment calme, ou en les aidant à gagner en sérénité par le biais de petits exercices de méditation, d'EFT, de visualisation... Soline nous partage de nombreux outils faciles et rapides à mettre en place.


"Les enfants n'ont pas besoin de parents infaillibles, ils ont besoin de parents authentiques"


Un livre qui ne se veut pas culpabilisant. Pas question de donner des leçons. Soline y aborde les différents besoins des enfants, et l'importance de la manière de répondre à ses besoins (parfois éprouvants pour les parents, surtout lorsqu'on n'est pas préparé) pour aider l'enfant à avoir confiance en lui. Rappelant que rien n'est définitif ni figé, que nous sommes humains avant tout et que nous avons le droit de ne pas être parfaits. Que les erreurs que l'on peut faire ne sont pas irrattrapables. Dans un contexte où on lit de plus en plus de parents souffrir de ne pas être parfaits, d'avoir parfois eu des mots qu'ils regrettent, inquiets de la répercussion que cela peut avoir sur leur enfant, les mots de Soline apportent un véritable réconfort... Et de vraies pistes et outils.

On y trouve beaucoup d'amour et le désir de partager en toute bienveillance des astuces pour une parentalité plus heureuse et une relation plus harmonieuse avec nos enfants. Et c'est un vrai bonheur à lire.

On y retrouve aussi comment aider les enfants à avoir confiance en eux et comment les accompagner dans le cadre scolaire. Des pistes de réflexion, mais aussi des outils à mettre en place dans les classes pour accompagner les enfants, et agir pour améliorer la confiance en eux. Une école qui serait tournée sur l'écoute, l'empathie, le dialogue. La mise en avant du positif.


"Selon moi, il y a une nuance entre "Tu veux qu'on joue au jeu aimanté?" et "j'ai envie de lire un livre avec toi si tu es d'accord. La première est une proposition. La seconde formulation permet de montrer à l'enfant que son parent a réellement envie de passer un temps avec lui et qu'il est estimable." 



L'un des passages m'ayant le plus marquée je pense reste sur notre manière de proposer à l'enfant de jouer ensemble...
Comme beaucoup de parents je pense j'ai tendance à proposer un jeu. Et ce passage, cette manière de revoir notre formulation m'a semblé comme une évidence, à laquelle je n'avais jamais pensé. (Merci Soline ;) )

J'ai vraiment beaucoup apprécié ce livre (je l'ai relu une deuxième fois les deux derniers jours pour y rajouter des marques pages et retrouver facilement les différents outils). D'autant plus dans un moment où les difficultés de nos enfants et ma fatigue prennent de l'ampleur sur notre quotidien. Une vague d'air positif qui est arrivée au bon moment pour me redonner du courage, et des idées, des outils pour ramener un peu de calme et de sérénité dans nos discussions et relations.

On trouve de nombreux ouvrages aujourd'hui sur la parentalité positive, l'éducation bienveillante... Celui-ci propose autre chose. Pas juste des informations scientifiques sur le développement de l'enfant, pas de conseils spécifiques, mais il amène une autre réflexion, un autre moyen de repenser la parentalité et notre relation quotidienne avec nos enfants. 

Un coup de coeur <3  que je recommande fortement!






samedi 10 mars 2018

L'art de la narration

Pédagogie Charlotte Mason

Voilà un billet que je voulais rédiger depuis quelques temps maintenant. Sur ce que Charlotte Mason appelait l'art de la narration et que nous avons progressivement mis en place dans notre homeschooling quotidien.


Charlotte Mason, living books, les livres vivants et l'art de la narration
Charlotte Mason : pédagogue anglaise 



Living Books : la belle plume des livres vivants

Charlotte Mason préconisait de poursuivre la lecture d'histoires et de beaux textes aux enfants même une fois qu'ils commencent à lire par eux même, et de proposer à partir de leurs 6 ans de raconter avec leurs mots, ce qu'il se passe dans l'histoire que nous venons de leur lire. Il ne s'agit pas de lire le livre entier, ni même un chapitre s'ils sont longs, mais un passage à la suite duquel l'enfant nous fait à l'oral un résumé de ce que nous venons de lui lire.

Dès tout petit les enfants aiment raconter des histoires, ce qu'ils ont observé... et c'est donc tout naturellement qu'en grandissant on peut leur proposer de faire à l'oral de courts récits pour résumer ce qu'ils ont compris de la lecture que nous leur avons faite. 
Cette narration sera plus ou moins complète selon l'âge de l'enfant. Et l'habitude de faire des narrations aidera l'enfant à approfondir davantage ses résumés, à enrichir ses narrations de détails plus précis.





Intégrer la narration à notre rituel quotidien

Charlotte Mason conseillait d'attendre que l'enfant ait 6 ans, sans toutefois se priver de cet exercice de narration si l'enfant s'y intéresse ou aime raconter ce qu'il a entendu. Ici nous prenons un temps pour la narration chaque matin depuis plusieurs mois déjà. Je lis quelques pages, un passage, un chapitre, selon la longueur ou la difficulté du texte/livre. Je lis doucement pour que la demoiselle puisse bien comprendre. Puis elle ré explique à l'oral ce qui se passe. Les premières fois je l'accompagnais en lui demandant de me raconter ce qu'il s'était passé, ou en posant une question lui permettant de commencer son récit (qu'arrive-t-il au personnage, de qui parle l'histoire? ...)  La narration me permet à moi d'être sûre qu'elle comprenne ce que je lis (parce qu'elle demande parfois des lectures relativement complexes pour son âge (elle aura 6 ans en avril et on vient de finir 3 romans sur la mythologie greque/romaine, et un roman de Nicolas Vannier). 
Mais c'est un exercice qui lui permet d'organiser mentalement ce qu'elle va raconter (un travail qu'elle fait à l'oral, mais qui l'aidera plus tard pour réaliser le même genre d'exercices à l'écrit). La narration permet de travailler différentes compétences dans un temps au final très court; La lecture + la narration ne dépasse jamais 15 minutes. L'enfant prend l'habitude de s'exprimer à l'oral, à faire un résumé le plus compréhensible possible. C'est un exercice que je trouve vraiment intéressant. Et auquel la demoiselle aime beaucoup se prêter (avec parfois beaucoup de malice.... en me disant..."j'ai rien compris"...  et en me laissant souvent bien étonnée par la narration qu'elle me fait et la compréhension qu'elle a sur nos lectures.

On utilise aussi la narration avant de reprendre la lecture d'un texte/livre pour se remémorer ce qu'on avait lu jusqu'à là. Dans ces cas là si besoin j'aide la demoiselle parce que d'un jour à l'autre il n'est pas toujours évident de retrouver tout ce que l'on a lu la veille. 

Quand l'enfant lit seul, on peut poursuivre la narration sur des passages que nous lui lisons et lorsqu'il lit bien, lui proposer de lire un passage court puis de réaliser une narration de ce qu'il a lu. La demoiselle ayant acquis la lecture depuis un moment, l'exercice s'y prête particulièrement bien pour vérifier qu'elle ait bien compris ce qu'elle lit. Mais toujours sur des durées courtes (dans ces cas là 10 minutes grand maximum).


C'est en tout cas un rituel qu'on essaie de garder chaque matin. Qui ne prend pas beaucoup de temps, et qui permet souvent de démarrer en douceur la journée (enfin en douceur... ça dépend comment on voit les choses ;) ) 





lundi 26 février 2018

Et la sociablisation?

C'est une question qui est revenue plusieurs fois ces derniers jours. "Mais s'ils ne vont pas à l'école comment vont ils faire pour se sociabiliser?", "Mais ils ont besoin de voir d'autres enfants!", "en restant tout le temps avec vous ils ne parviendront pas à créer de lien avec d'autres enfants"... 



Et c'est vrai que c'est une idée reçue très présente quand on explique que nos enfants (bientôt 6 ans pour la demoiselle et 3 ans pour le petit bonhomme) ne sont pas scolarisés. Pour la majorité des gens, il est indispensable que l'enfant aille à l'école; que de choisir une scolarisation à la maison va l'empêcher de se sociabiliser, et qu'il sera privé des relations qu'il pourrait se faire à l'école. Pourtant je peux garantir que nos enfants sont bien loin d'être isolés, et coupés du monde.

Sur la sociabilisation à l'école j'avoue n'en être personnellement pas du tout convaincue. Si les premières années en maternelle les enfants sont effectivement en groupe, avec des "temps de jeux" importants, une fois les classes de primaires débutées, ils se retrouvent surtout sur les temps de récréation/repas, en passant beaucoup de temps assis. Loin d'avoir autant de contact qu'on ne le pense donc lorsqu'on met en face la question de la sociabilisation de l'enfant non scolarisé. Dans des conditions que je ne trouve pas toujours favorables pour développer l'empathie, la relation humaine mais où se développe plutôt la concurrence, et des relations que je ne trouve pas toujours très faciles à gérer pour les enfants. (on est bien d'accord que cela dépend aussi fortement de l'école et des adultes qui encadrent les enfants, parce qu'il y a bien des écoles où au contraire les pédagogies alternatives et un environnement bienveillant et épanouissants sont mis en avant).

Notre choix c'est donc porté sur l'instruction à la maison (IEF ou homeschooling) après de nombreuses lectures. Convaincus que ce serait ce qui correspondrait le mieux à nos enfants et à nos choix éducatifs. 
Convaincus qu'il n'y a pas besoin d'école pour sociabiliser les enfants; Les nôtres voient du monde très régulièrement. Des enfants mais aussi des adultes.

Par le biais des activités sportives puisqu'ils font de l'équitation et du hockey sur glace. Les mercredi et samedi, où ils retrouvent donc d'autres enfants avec lesquels ils jouent encore après l'entraînement. 
Mais aussi les soirs de matchs de hockey; où ils retrouvent les enfants de nos amis supporters. Pour tout dire depuis le début de la saison, il n'est pas rare que je ne les vois quasiment pas du match (la demoiselle passant la soirée un peu plus bas en tribune avec l'une de ses copines, ou à l'arrière à courir tous ensemble). 
Ils côtoient régulièrement nos amis, que ce soit les soirs de match ou lors des réunions des supporters, ou lors de repas à la maison.
Sans compter les discussions à la boulangerie, ou avec le monsieur qui nous livre nos paniers de légumes et fruits depuis plusieurs années, ou encore au marché. 



Se sociabiliser ne se fait pas (et c'est un avis personnel) par le fait de voir et jouer avec des enfants du même âge (comme c'est souvent le cas en école où ils sont séparés par tranches d'âge), mais c'est de pouvoir rencontrer et discuter avec différentes personnes, de tous âges, de tous horizons.  C'est aussi les discussions qu'ils ont avec les voisins ou des randonneurs que l'on croise lors de nos longues balades en forêt; Cet automne un monsieur d'une soixantaine d'années a été émerveillé de les voir ramasser châtaignes et trompettes de mort avec tant d'envie, et a pris le temps ensuite de leur montrer ce que lui avait ramassé, et parlé du temps où quelques années plus tôt il en trouvait encore bien plus que le grand sac qu'il avait rempli cet après midi là. C'est ce partage d'expériences et de rencontres qui apportent une grande richesse à nos enfants. De pouvoir échanger sur différents sujets, que ce soit un simple "bonjour" ou des discussions plus longues (et avec eux on part souvent sur de très longues discussions!!!).  

Ils ne se sociabilisent pas moins parce qu'ils ne vont pas à l'école. Je dirais même bien au contraire, puisque ils sont libres d'écoles, leurs journées sont faites selon nos envies et ils peuvent rencontrer un éventail de personnes bien différentes sur la journée en fonction de ce que nous choisissons de faire. Nous avons d'ailleurs la chance d'avoir un réseau de familles "non-sco" assez riche et proposant de nombreuses sorties par chez nous (même si nous n'avons pas eu récemment l'occasion d'y participer). 

Quand je fais le compte des deux dernières semaines, ils ont reçu à la maison des amis deux fois la semaine passée, été chez des amis un après midi (sans nous, et encore une fois pour des enfants qui sont habituellement toujours avec nous, sans aucune difficulté), passé deux soirées de matchs avec leurs copains du hockey... (alors c'était un rythme particulier, il y a des périodes plus calmes aussi.. mais tout cela pour dire qu'ils sont bien loin d'être isolés).

Je les trouve d'ailleurs de plus en plus indépendant et autonomes à ce niveau là. Il n'est pas rare que la demoiselle lance des discussions avec des personnes que l'on croise, ou qui lui semblent pouvoir lui apporter des réponses ou un avis éclairé sur des sujets qui la passionnent. Ce qui a tendance à étonner beaucoup de monde, d'autant plus lorsque les enfants finissent par leur dire qu'ils ne vont pas à l'école. Peu de gens s'attendent à voir en face d'eux des enfants aussi ouverts, aimant discuter de sujets variés.







dimanche 25 février 2018

Drôles de maths... avec les SUMBLOX


Il n'y a pas si longtemps j'ai découvert sur le net un outil extra pour aborder les chiffres, et le calcul de manière totalement ludique et sensorielle... les sumblox!!  Je ne connaissais pas du tout, mais le peu  que j'avais pu en voir sur différents blogs m'a tout de suite interpellée et intéressée.
Forcément les chiffres et les calculs présentés comme ça.... on ne peut que trouver ça intéressant (j'ai une mathématiquites aigüe ( 2 au bac en maths coeff 9 je pense qu'on peut difficilement faire mieux).

Sumblox, mathématiques, pédagogies alternatives, manipulation de matériel


Une approche sensorielle des concepts mathématiques

Les sumblox ce sont ces gros blocs de bois qui ont la forme des chiffres de 1 à 10.  Chaque bloc/chiffre a une taille différente. La hauteur de chaque bloc correspond à sa valeur, et permet ainsi de les combiner entre eux pour les comparer (3 est plus petit que 4), ou de combiner leurs différentes valeurs pour réaliser des opérations mathématiques; 

On peut ainsi associer le 3 et le 6 en les superposant, et se rendre compte qu'ils ont la même hauteur que lorsqu'on empile le 4 et le 5... ou la même hauteur que le 9.  L'enfant va donc apprendre par la manipulation, et pouvoir aborder de manière sensorielle les différentes opérations. C'est bien plus parlant de voir les blocs posés les uns à côté des autres et de voir le résultat aussi bien chiffré (voir les chiffres écrits) que d'observer le résultat et de pouvoir constater qu'en empilant un 2 et un 2 ils arrivent à la même hauteur que le 4.

additionner avec les sumblox, mathématiques, unschooling

J'ai trouvé ce matériel vraiment très intéressant, sûre que ça conviendrait parfaitement à nos enfants. 

Je les ai reçu récemment grâce à la boutique Tangram Montessori, et on est effectivement très contents de rajouter les sumblox à notre matériel pédagogique. 


Les compléments à dix avec les Sumblox... et autres opérations mathématiques


Les compléments à 10 avec les sumblox, manipuler les chiffres, mathématiques
Ca a permis à la demoiselle  de revoir les compléments à 10, en constatant qu'en empilant 1 et 9, 2 et 8 ou encore 6 et 4 (...), la hauteur est identique pour chacune de ces combinaisons, et de même hauteur que le nombre 10. Un matériel sensoriel donc et qui permet aussi l'auto-correction et l'autonomie totale de l'enfant. Il peut vérifier lui même qu'il arrive au résultat espéré, ou encore se rendre compte que 5 est plus grand que 2, ou que 6 est deux fois plus grands que 3; Rendant très concrets des concepts mathématiques qui peuvent vite sembler très abstraits.



sumblox, une autre approche des mathématiques, découverte sensorielle, pédagogies alternatives


Petit bonhomme lui se contente pour le moment de les utiliser dans ses jeux, ou en les empilant, on les utilisera progressivement quand on aura abordé le symbole écrit des chiffres (il dénombre pour l'instant jusqu'à 5, mais sans que l'on ait abordé réellement l'écriture de chacun de ces chiffres).

Je pense que c'est un matériel qui peut en plus avoir toute son utilité également avec des enfants qui ont des difficultés à intégrer les concepts mathématiques, et les opérations; là, plus question de juste apprendre les résultats des opérations par coeur, mais de les comprendre en les observant et en manipulant les chiffres.



Un gros coup de coeur donc pour les Sumblox (ça m'en réconcilierait presque avec les chiffres), qui devraient accompagner les enfants dans leurs apprentissages en mathématiques pour un bon moment.


Un grand merci à la boutique tangram montessori ; Les Sumblox sont disponibles sur le lien suivant : 
https://tangrammontessori.com/sumblox/2167-sumblox-43-blocs-carte-d-activite.html

mardi 20 février 2018

Nos journées


Les dernières semaines j'ai eu l'occasion de discuter à plusieurs reprises de nos journée, de notre organisation, de notre (non)planning.. . alors voilà un petit billet sur le sujet.

On me demande souvent si on suit un programme particulier (scolaire ou emploi du temps).
On a décidé de suivre les demandes, les centres d'intérêt des enfants. L'enfant a naturellement envie d'apprendre, de découvrir. Il apprend en regardant autour de lui, en faisant ses propres expériences et observations. On a choisi de les accompagner, d'être là pour les guider, tout en les laissant libres de se diriger vers ce qui les intéresse. Convaincus que leurs centres d'intérêts, leurs passions sont de bons points de départ pour de nombreuses activités et apprentissages divers. On profite de cette liberté au maximum. Alors pas de programme particulier, ni d'emploi du temps fixe, pour les enfants en tout cas.




Pour me permettre moi de suivre où on en est, où l'on va, et avoir une certaine vue d'ensemble sur notre organisation et ne pas me sentir totalement dépassée (parce qu'il faut compter avec les nombreux rdv de chacun (orthophoniste, orthoptiste, psychomotricienne) et leurs activités sportives les mercredi et samedi (équitation et hockey sur glace)). Je note nos activités quotidiennes et celles qui reviennent de manière hebdomadaires ou mensuelles. Je fais également une liste des sujets qui intéressent les enfants ou qui sont "d'actualité" (fêtes, saisons, évènements...) Parce qu'il me faut du temps aussi pour prévoir certaines activités. 

Globalement nos journées suivent à peu près toujours la même trame. Réveil naturel (ces dernières semaines la demoiselle se lève bien avant son frère et moi, et va jouer seule dans leur chambre le temps qu'on émerge nous aussi), petit déjeuner puis diverses activités pour chacun sur la matinée. On essaie de garder une certaine routine surtout pour la demoiselle qui a besoin de repères, et de rituels pour s'y retrouver. On navigue un peu entre l'unschooling total (informel sans programme) et un petit cadre avec quelques activités rapides mais fixes pour lui donner quelques repères et un rythme, selon les besoins qu'elle semble avoir.  

Rituel du matin: graphisme/écriture/lecture offerte/narration/activités libres
Comme elle demande à écrire en attaché, mais que l'attention que ça lui demande est trop importante, on a décidé d'utiliser le time-timer... 5 minutes pas une de plus.. lettres simples ou syllabes, l'important n'est pas de finir tout ce que j'ai noté sur son cahier, mais de prendre le temps et de s'appliquer:  elle s'arrête quand le timer sonne et continue le lendemain.

Elle a également pris pour habitude depuis cet automne d'écrire chaque matin un ou deux mots nouveaux dans un petit répertoire. Elle a trouvé en magasin un petit répertoire tout rose qu'elle voulait absolument, alors on lui a trouvé une utilité :) un moyen de fixer l'écriture des mots, et de voir l'orthographe exacte de chaque mot qu'elle y écrit.

Le reste de la matinée on navigue ensuite selon les activités ou ce qu'elle a envie de travailler. Pareil pour son petit frère qui commence à vouloir suivre et faire des activités pour lui.

Certaines fois ce sera mathématiques, d'autres géographie, ou des sujets plus scientifiques...  

Ce qui revient systématiquement après ce rituel d'écriture  ou en fin de matinée,  ce sont nos temps de lectures partagées/lectures offertes. Un temps où je leur lis un chapitre (ou deux, voir trois ... ) de livres que Charlotte Mason qualifiait de Living books (voir mon billet sur les Living books ici -->  http://planeteparentage.blogspot.fr/2016/10/living-book.html ) On termine généralement ce temps de lecture par une narration; La demoiselle résume avec ses mots le passage lu. Parfois avec mon aide, où je lui pose quelques questions pour l'aider à approfondir. 

L'après midi est généralement consacrée à la sieste du petit frère et donc à un temps calme de jeu ou selon les jours à un reportage/documentaire. Selon la météo balade plus ou moins longue; on part souvent pour plusieurs heures, pour leur permettre de se défouler, mais aussi d'observer en pleine nature. Ca nous donne souvent des sujets de discussion ou d'activités pour les jours suivant.
Quand on ne peut pas sortir, on occupe nos après midi par des jeux de société, jeux libres, expériences scientifiques, loisirs créatifs, ou nos voyages virtuels (il faudrait que je fasse un billet sur le sujet.. mais... c'est comme les 10 autres billets en attente... )

Comme tous les deux aiment beaucoup regarder des livres on passe souvent de longs moments à lire des histoires. Surtout maintenant que le petit bonhomme se pose lui aussi pour écouter quand je lis.

Certaines activités reviennent ensuite de manière plus régulière (d'où le planning que je tiens plus pour moi que pour eux, pour me permettre de mieux m'organiser). 



On essaie d'aller à la bibliothèque une fois par semaine ou une fois par quinzaine. 
On réserve généralement le vendredi après midi pour les activités du Wild Explorers Club. (Même si ces derniers temps c'est un peu plus aléatoire).
Pour la 4ème année consécutive on poursuit nos voyages virtuels à travers le monde (ou parfois à travers le temps avec des thèmes plus portés sur l'Histoire). On choisit un pays sur lequel on travaille pendant 3 à 5 semaines... recherches, lectures, bricolages, sorties, tout ce qui permet de parler du pays et de le découvrir presque comme si on y était.

Dans l'idéal j'aimerai tenter de caser un temps de yoga/méditation pour les aider à se poser.
Ainsi qu'un temps plus porté sur l'art (histoire de l'art, ou découverte de l'art) un peu plus souvent. 

En sachant que notre planning changera avec l'arrivée du printemps puisqu'il est fort probable que les jours de beau temps nous partions dès le saut du lit pour de longues randonnées en forêt, et dans les montagnes alentours. On adaptera donc le reste en fonction de la météo et de nos sorties, mais surtout de leurs envies. 
En sachant que pour la demoiselle les apprentissages se font beaucoup de manière transversale... par des lapbooks surtout sur les thèmes qui l'intéressent, la tenue de son journal de la nature, ou de son cahier des oiseaux.. tout ces moyens détourner où elle travaille à la fois le graphisme, la narration, l'explication, l'illustration... sans en avoir l'impression. Elle dessine (avec mon aide), met les légendes, me dicte ce qu'elle veut écrire (souvent c'est encore trop pour qu'elle puisse tout écrire elle même (on a tendance à l'oublier mais elle n'a que 5 ans et demi).  

Les journées fluctuent donc en fonction de l'envie de chacun, sans trop de contraintes. Mais les demandes assez éloignées de chacun fait qu'il va nous falloir peut être repenser un peu tout ça... Mais chaque chose en son temps.. pour le moment on profite de la fin de l'hiver et on attend avec impatience les prochaines randonnées à la journée pour mettre tout le monde d'accord!!




dimanche 28 janvier 2018

Expérience silence...

Je me suis longtemps demandée comment j'allais aborder ce billet que je voulais écrire pour parler d'une expérience totalement étonnante : la flottaison. 
Un concept assez unique, très peu connu encore en France, et proposé par Julien, Stéphane et Christophe, 3 joueurs de notre équipe de hockey. 


Et si mon blog a pour but de parler maternage, allaitement, pédagogies alternatives, unschooling, etc.... on est finalement pas si loin avec ce billet sur les bienfaits de la flottaison... Et tout simplement parce que pour pouvoir parenter (oui nouveau mot à ajouter au petit robert, mais j'y tiens, il n'y a pas que les mamans qui soient capables de materner leurs enfants et de tendre vers une éducation positive et sans violence, chez nous le papa a toute sa place dans ce domaine également) il faut être disponible pour ses enfants et leurs besoins très intenses (non non ça ne diminue pas avec l'âge, ça continue même quand ils grandissent!!!). Et pour pouvoir donner à nos enfants le meilleur, l'écoute, la bienveillance, la patience; pour pouvoir être disponible pour eux, il faut que l'on soit nous même reposés, sereins, apaisés. Pour répondre à leurs besoins, il est nécessaire de prendre soin de nous même, de penser à nos besoins à nous. Et en tant que parents on a vite fait d'oublier nos besoins et de les laisser au placard. Je parle en connaissance de cause, manger debout, en suivant l'un qui a besoin de maman pour se rhabiller, le deuxième qui est fatigué et essaie de s'endormir dans les bras de maman; Prendre une douche en 1 minute chrono parce que le repas de midi est en train de cuire, et que les enfants fatigués se chamaillent copieusement... A force de penser aux besoins de mes enfants, j'ai fini par m'oublier un peu trop; et la fatigue qui gagne; le burn out pas bien loin.. (les besoins particuliers des deux font qu'ils sont dans la sollicitation et l'agitation permanente). Mes soucis de santé qui en ont profité pour flamber également... il était urgent de trouver du temps pour moi. Mais pas juste 1h de temps à la maison (on sait toutes/tous que c'est du temps employé pour un tas de choses mais pas pour se reposer ou prendre soin de soi). 

Et c'est tout simplement qu'après un essai très bénéfique fin novembre, le père noël a décidé de m'offrir un abonnement d'une année au centre de flottaison ouvert par l'équipe de Silence. 1H30 juste pour moi!!! Pour m'entendre penser. 1H30 de déconnexion totale, de silence (le nom est parfaitement trouvé). Un temps pour s'apaiser, pour arrêter de penser, de courir. 1H30 de calme. Parce que si l'on flotte pendant 1H, on est tout de suite pris par le calme, l'ambiance douce et apaisante du lieu à notre arrivée; et la pause offerte à la fin de la séance dans un espace aménagé pour profiter pleinement des bienfaits de ce moment en prenant un thé permet de revenir doucement de cette expérience extraordinaire. 



Silence, Cocon de flottaison, grenoble. Expérience silence à grenoble, flotter dans une eau chargée en sels d'epsom. Bienfaits multiples.

1H où notre corps, notre cerveau a été mis au repos. Après une douche, on plonge dans un cocon dont la lumière colorée peut changer de nuances ou s'éteindre selon notre envie. Une eau à 35°, saturée en sels d'epsom.  Un cocon qu'on peut fermer entièrement ou laisser entre ouvert au choix (pratique pour les claustrophobes dans mon genre; mais finalement on se sent tellement bien dans ce cocon, j'ai fermé ce week end mon cocon, sans même avoir l'impression d'être coincée. Il est suffisamment grand et le fait d'être dans l'obscurité et le silence je n'ai absolument pas mal vécu le fait qu'il soit fermé; au contraire, on conserve cette impression de flotter dans un grand espace). C'est une sensation totalement étrange. On ne sait pas si on avance ou si on bouge réellement ou si l'on reste sur place. D'autant plus les 10 premières minutes avec l'ambiance sonore (vagues, oiseaux), qui me donne l'impression de dériver sur un immense océan (pour moi qui d'habitude suis totalement claustrophobe et ait l'impression d'être écrasée dans un endroit fermé.. c'est assez paradoxal).

Et pour lutter contre un cerveau qui tourne constamment, quelques exercices de respiration, ou de méditation pour essayer de ne pas penser et cogiter permettent de profiter pleinement du moment. 
Avec des semaines chargées (en bruit, en agitation, en tout...) ce moment de vrai calme, de silence est vraiment bénéfique pour apaiser l'esprit, tout en le stimulant mais d'une toute autre manière; en apportant une motivation intérieur, en stimulant la créativité; je me suis remise à écrire pleine de motivation et d'envie, moins bloquée par la crainte de l'échec ou du "et si ça n'est pas bien".
Mais au delà de ça, c'est un concept qui permet aussi d'apaiser le corps. Les douleurs chroniques (d'autant plus les dernières semaines avec le stress, les soucis, et les complications de mon état de santé), flotter permet de ne plus sentir le corps. Une sensation de légèreté vraiment agréable (et importante quand la douleur quotidienne est trop prenante). Et le sel d'epsom dont l'eau est chargée est réputé pour soulager les douleurs musculaires, articulaires... chargé en magnésium il est aussi connu pour aider à la récupération musculaire, ...


C'est une expérience vraiment extraordinaire; se retrouver couper de ses sens a un effet vraiment reposant et agréable. Etrange au départ, mais vraiment apaisant.
C'est devenu mon temps à moi (il y en a d'autres bien évidemment pour me permettre de souffler (les semaines lorsque l'on choisi l'instruction à la maison / unschooling sont longues). Mais c'est devenu le moment que j'attends avec impatience, et que je savoure pleinement. Un concept déjà connu Outre-Atlantique mais qui gagne à être connu par chez nous. Une grande chance que ce centre se soit ouvert par chez nous, une vraie bonne idée qui a pour objectif d'apporter un vrai mieux être quelque soit la raison pour laquelle on y va (fatigue, burn out, maladie/douleurs chroniques, besoin de se retrouver, récupération pour de grands sportifs, besoin de se reconnecter avec soi même...) et qui mérite d'être connue et testée!!!

Pas de risque d'oublier d'en ressortir... La musique se remet automatiquement en route 5minutes avant la fin et la lumière se rallume 1 minute avant la fin de la séance. 


https://www.experience-silence.com/


mardi 26 décembre 2017

Guides pour une nature à découvrir et à observer


 Pour Noël, la demoiselle n'avait aucune idée de ce qu'elle voulait. La seule demande qu'elle nous a faite était un "cahier/journal de la nature". Nous passons beaucoup de temps en balade en forêt, et nous avons la chance d'observer une faune et une flore plutôt riche. Elle aime bien pouvoir identifier ce qu'elle a pu voir, et s'essaie depuis ce printemps au journal de la nature. Au départ je pensais qu'elle voulait un cahier à remplir/carnet pour y dessiner ses observations, ce qu'elle a déjà. Mais en fait elle voulait un livre duquel elle pourrait s'inspirer pour dessiner, et tenir son journal de la nature. Voir ce qu'elle pourrait y mettre, et comment organiser tout ce qu'elle observe.

Après quelques recherches je lui ai commandé Nature Anatomy de Julia Rothman. Il figurait sur ma liste de livres depuis un moment déjà, et les nombreux commentaires très positifs sur ce livre ont fini de me convaincre.



Et il est effectivement vraiment très bien. De jolies illustrations, portant sur différents thèmes (faune/flore/minéral) des schémas légendés qui devraient aiguiller la demoiselle sur la manière de dessiner/légender ce qu'elle observe. Il n'est trouvable qu'en anglais, mais ça nous permettra de travailler dans une autre langue. (Et je pense qu'au premier abord c'est vraiment la manière de tenir un cahier de la nature, et d'illustrer ses observations qui l'intéressait).

 


D'autres merveilles ont trouvé place sous le sapin pour accompagner ou compléter nos observations en pleine nature. Un guide de poche des oiseaux de nos jardins; On a déjà celui des indices et empreintes dans la même collection et je les trouve particulièrement bien faits et pratiques à emmener en balade, avec des informations accessibles même pour les enfants.




L'inventaire des oiseaux (Virginie Aladjidi et Emmanuelle Tchoukriel), et le coffret montessori des oiseaux par Eve  Hermann. L'inventaire des oiseaux regroupent 80 espèces d'oiseaux, classés selon leur ordre scientifique. Des plus connus aux oiseaux plus rares où dont on parle moins, et de très belles illustrations. Le coffret montessori contient lui des cartes classifiées de 30 oiseaux, que l'on peut trier selon leur lieux de vie ou mettre en paire avec l'image de leurs plumes, un carnet d'observation et des informations sur chaque oiseaux. De quoi nous permettre de nombreuses activités, aussi  bien pour la demoiselle que pour le petit bonhomme.


Mais mon gros coup de coeur, trouvé en dernière minute : Le petit peuple des chemins.

 

Une merveille, avec des images magnifiques. Et pour une fois on y trouve des animaux moins habituels. Si on y retrouve le hérisson ou la chauve souris, on peut aussi y trouver la tégénaire noire, le triton alpestre, ou encore le glomeris marginé. Un livre à la fois naturaliste et apportant une touche d'histoire, puisque l'auteur explique tantôt l'origine du nom de l'animal, ou encore pourquoi il a pu être craint ou persécuté par l'homme... des légendes sur des animaux parfois minuscules que l'ont peut croiser dans nos jardins ou lors d'une simple balade. J'ai vraiment eu un gros coup de coeur pour ce livre.









De quoi préparer nos prochaines observations et l'arrivée du printemps... enfin on va d'abord profiter de l'hiver tranquillement :)
#livres